LOSC : La vie sans Eden…

C’est le coeur gros que les supporters lillois (dont je fais partie…) ont vu leur joyau s’envoler pour d’autres cieux. Mais comme le dit si bien Michel Seydoux, le président lillois, seul l’avenir compte. « L’Histoire se joue maintenant », telle est la devise du LOSC. Quels seront les contours de l’équipe de Rudi Garcia l’an prochain. En ce début de mercato, je vais essayer de l’imaginer.

Des bases solides

Le mercato a commencé fort pour le LOSC. Marvin Martin vient de s’engager pour 5 ans, une durée significative et qui montre sa volonté de s’impliquer dans le projet lillois. Le LOSC repart sur un nouveau cycle et voit les choses en grand. Un stade de 50 000 places, déjà 27 000 abonnés (deuxième total de France) et une équipe ambitieuse, bâtie pour la Ligue des Champions, mais surtout pour durer. En deux ans, Rudi Garcia a vu débarquer dans son équipe trois grands espoirs français : Marvin Martin, Nolan Roux et Dimitri Payet. Tous ont signé pour au moins 4 ans. Rajoutons à ces recrues l’arrivée de Steve Elana, considéré par de nombreux observateurs comme le meilleur gardien du dernier exercice. Le LOSC compte aussi dans ses rangs des éléments fidèles : Frank Béria, Tulio De Melo et Florent Balmont, tous les trois champions de France, on prolongé leur contrat cette année. Rio Mavuba ne semble pas avoir la tête à un départ, tout comme Mickaël Landreau. Les deux cadres sont à fond dans le projet lillois. Sans oublier les petits jeunes : Giani Bruno qui apparaît de plus en plus régulièrement et montre un beau potentiel, Idrissa Gueye un peu moins fringuant cette année mais qui se présente déjà comme le successeur d’un Florent Balmont malheureusement pas éternel, mais surtout le jeune Lucas Digne. Formé au LOSC, ce jeune défenseur latéral gauche a apporté en fin de saison toute son envie et a démontré qu’il était déjà à 18 ans plus qu’un remplaçant. Pour Mathieu Debuchy et Aurélien Chedjou, la situation est plus flou. Il est impossible de dire de quoi leur avenir sera fait, mais personnellement je les vois poursuivre au moins cette année l’aventure.

La suite du mercato

Mais Michel Seydoux ne veut pas s’arrêter là. Il a déclaré qu’il voulait avoir un effectif complet d’ici à la reprise de l’entrainement des dogues. Qui dit effectif complet ne dit pas mercato terminé. Rudi Garcia a demandé encore un joueur offensif au minimum et cherchera sans doute la bonne affaire en fin de mercato.  Des noms ont circulé ces derniers jours : Nêné, Yoann Gourcuff, Salomon Kalou, Romain Hamouma, Ryan Mendès, Tino Costa, et le dernier en date, Loïc Rémy. Difficile de démêler le vrai du faux. Le LOSC a certes empocher 40 millions de la vente d’Eden Hazard, mais n’en dépensera surement que la moitié (sauf départ supplémentaire). 10 millions ont déjà été dépensé. Cependant la dernière recrue a son importance et ne sera sans doute pas à négliger car elle devrait déterminer le futur système de jeu du LOSC.

Un nouveau système

Le LOSC ne peut plus jouer comme en 2011. Gervinho et Eden Hazard, deux joueurs très particuliers, sont partis et ne seront jamais remplacé par le même type de joueur. Rudi Garcia ne demandera pas à Payet de faire du Gervinho, à Martin de faire du Hazard. Le départ de Gervinho et de Yohan a déjà poussé l’entraineur lillois à troquer son 4-3-3 pour un 4-2-3-1 construit autour de son petit génie belge. L’an prochain, Rudi Garcia pourrait une nouvelle fois changer : reprendre un 4-3-3, plus basé sur la construction et la possession que sur le contre, ou peut-être un 4-4-2. Alors, 4-2-3-1, 4-3-3, ou 4-4-2 ? Cela dépendra de la prochaine recrue.

Si celle-ci est un joueur de pointe, Rudi Garcia pourrait opter pour un système à deux pointes. En effet, le LOSC dispose déjà de Nolan Roux, Tulio De Melo et Giani Bruno. On voit mal pourquoi l’entraineur lillois chercherait à faire venir un 4e attaquant de pointe pour n’en faire jouer que deux. Derrière, Payet et Martin seront chargés de faire la transition entre le milieu et l’attaque, soutenu sur les côtés par les montées des latéraux Debuchy et Digne. Rio Mavuba sera posté devant la défense en compagnie de Florent Balmont ou Benoît Pedretti, très à l’aise dans ce système.

Si en revanche un pur ailier offensif débarque au LOSC, le 4-3-3 sera sans doute privilégié par Rudi Garcia, qui cherchera sans doute à recréer son équipe qui l’a amené au titre. Roux ou De Melo en pointe, soutenu par deux ailiers, Payet et la recrue, seront alimentés par un Martin qui prendra la place de Cabaye et un Balmont qui jouera les pistons entre la défense et l’attaque. Personnellement, je ne crois pas en ce système. Balmont n’a plus le physique qu’il avait l’an dernier, il ne peut assurer ce rôle de piston, qui fut déterminant l’année du titre, et sans doute indispensable.

Enfin, si un milieu de terrain capable d’évoluer sur l’aile arrive, il prendra le côté droit ou gauche d’un 4-2-3-1 construit autour de Marvin Martin en véritable meneur.

Une chose est sure, quel que soit le système utilisé, le LOSC va plus que jamais miser sur le collectif et moins sur les individualités et les éliminations directes. Marvin Martin et Dimitri Payet n’ont pas du tout les capacités de perforation qu’avaient Gervinho et Eden Hazard. Ils compensent par une vision du jeu et une qualité de passes très au dessus de la moyenne, ainsi qu’une capacité de conservation du ballon très intéressante. On peut s’attendre à une attaque moins prolifique mais une équipe plus équilibrée, et qui controlera la plupart de ses matchs.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s